Publié par : iferhounene | 27 avril 2012

SECRETS D’ALGERIE : Aissa-Hakim en savait beaucoup

Algérie, Abane Ramdane : héros de la révolution ou mythe aux pieds d’argiles ?Image

 A la veille du 50ème anniversaire de la décolonisation de l’Algérie par France, l’histoire des « Evènements d’Algérie », reste et restera encore longtemps dans le domaine de l’ésotérisme et du tabou. Les quelques 4000 ouvrages dont une grande majorité estampillés historique déjà écrits sur ces « Evènements » suintent par tous leurs pores des relents de manipulation à plein narines. D’aucuns prétendent que l’Algérie est une : « ‘Ardh al mou’djizates » (le pays faiseur de miracles.) Ces miracles ne se limiteraient-ils pas à produire : de faux moudjahidine, de faux martyrs, de faux héros, de fausses révolutions ?

 

Cependant, je tiens à adresser mes plus ardents remerciements à MM. Khalfa Mameri et Bélaïd Ramdane  pour avoir, dans leurs écrits dithyrambiques consacrés à Abane Ramdane, à leur héros malheureux, pulvérisé limites du tolérable dans les domaines du mensonge historique et de la calomnie. En effet, leur glissade incontrôlée dans le domaine des délires historiques m’a débarrassé de ma timidité  et éclairé mon chemin de petit bonhomme inlassablement en marche vers la vérité.

    

Mensonges et calomnies de Khalfa Mameri :

  • ·         «… Au printemps 1950. Abane va payer cher la légèreté, l’imprudence et l’improvisation politique des autres que lui qui n’y est pour rien ou presque. Abane sera arrêté par la police française en plein ascension, après un parcours personnel sans faute. »

 

  • ·         On m’a affirmé, sans que j’aie pu le vérifier, qu’il (Abane) aurait même remplacé (au poste de responsable national de l’OS)  Belouizdad Mohamed, lorsque celui-ci atteint de maladie est parti se soigner en France en 1949  

 

  • ·      Il aurait (le même Abane) donc, en plus de ses responsabilité de chef de wilaya, également assuré un rôle de coordination national dans l’Est algérien, dans ce qui fut le département de Constantine, soit approximativement de Maillot à Bône (Annaba) et de Bougie (Bejaïa) jusqu’aux confins du Sahara. 

 

  • ·          Sa présence au comité central (PPA/MTLD) quelques semaines avant son arrestation atteste pleinement  de la montée d’Abane Ramdane. » (1.) N’est-ce trop beau pour être vrai ?

 

Mensonges et calomnies de Bélaïd Abane :

  • ·         « Abane n’aurait jamais pardonné sa trahison (Ben Bella)  dans l’affaire de l’OS. Et pour cause. Car l’affaire de l’OS lui voudra cinq ans de prisons fermes, 10 ans d’interdiction de séjours, 10 ans de privation de droits civiques et 500.000 francs d’amende. 

 

Au surplus, les conditions de détention ont été des plus dures. Selon Khalfa Mameri, Abane aurait été interrogé par les trois commissaires d’Algérie : celui de l’Oranie où eut lieu son arrestation, celui de Constantine où il a exercé des activités illégales et celui d’Alger où est instruite l’affaire du complot de l’OS. L’interrogatoire aurait duré 27 jours. Ponctué par trois séances de torture quotidiennes » (2.) N’est-ce pas  du Khorti khorti ?

 

 

 Abane Ramdane selon Ben Khedda : Benyoucef Ben Khedda, pharmacien de formation, homme intègre, dans les années 50, il affichait déjà plus de deux décennies  d’expérience militante, qui a accédé  au plus hautes fonctions de la hiérarchie du PPA/MTLD. Plus tard, il présidera le 3ème GPRA (gouvernement provisoire de la république algérienne.) Il écrira  plusieurs ouvrages sur la révolution algérienne, notamment « Les origines du 1er novembre 1954 » dans lequel il a publié plusieurs tableaux organiques dans  lesquels figurent les noms et prénoms de tous les membres : du bureau politique, du comité central du PPA/MTLD, et de l’état major de l’OS. Il n’a cependant jamais mentionné le nom d’Abane Ramdane dans aucun de ses tableaux comme  membre du comité central, du bureau politique… du PPA/MTLD ni de l’état major del’OS ni même en tant que simple responsable d’une cellule d’un bled perdu.  L’aurait-il cité sous un nom d’emprunt ? Lequel ?

 

De manière lapidaire, Ben Khedda lui a cependant consacré les lignes suivantes :

 « Dans le cadre des procès de l’OS, citons celui des « 27 » de Bejaïa, le 15 février 1951 où figure Abanne Ramdane, qui fut condamné à 6 ans de prison (ferme), 10 ans d’interdiction de séjours, 10 ans de privation de droits civiques, et 500.000 francs d’amende » (3.)


Abane Ramdane selon Pierre Vallaud : cet « historien » a écrit :

« Abane Ramdane était arrêté  et condamné dès 1950 pour son militantisme en faveur de la séparation franco-algérienne et n’est sorti de prison qu’en 1955» (4.)

 

Abane Ramdane selon Byr. Selon ce dernier Monsieur, qui fut  sous-préfet de Tizi-Ouzou  : « Le 19 janvier (1955), le dénommé Abane Ramdane, libéré de la prison de Maison- Carrée est revenu dans son village à Azouza (…) Condamné à en avril 1951 par la cour d’appel d’Alger à 6 ans de prison, 500.000 francs d’amende, et 10 ans d’interdiction de séjours et de droits civiques pour atteinte à la sécurité extérieure de l’Etat.  Comment cet individu moins de quatre ans après a-t-il bénéficié de la libération conditionnelle et peut-il rentrer chez lui ? Nous l’ignorons… comment  aussi les siens, qui ne manquent pas de traduire par faiblesse une mansuétude inexplicable à l’égard d’un tel individu en un pareil moment ? Nous n’avons pas  manqué de signaler ce cas à l’autorité supérieure par télégramme 242/C, le 20 janvier » (5.)

 

Constatons que l’affaire Abane Ramdane est abordée de manière un peu fantaisiste par ses flatteurs et totalement incohérente par des historiens qui violent l’impartialité et la rigueur exigées par leur déontologie. Abane Ramdane semble n’avoir jamais appartenu au PPA/MTLD, parti légal.  Pour être affecté à l’OS (organisation clandestine), il fallait afficher 5 années de militantisme ininterrompu dans le parti, fait se preuves, avoir une conduite impeccable, une connaissance poussée des armes, une santé de cheval de course. Or, les qualités essentielles exigibles pour être intégrer à l’OS faisaient défaut à Abane.

 

L’écrasante majorité des algériens savent que durant la « Révolution », leurs rangs, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Algérie, ont été infiltrés, instrumentalisés, certains de leurs chefs manipulés par les services spéciaux  coloniaux. Les algériens appellent les félons en kaki : Hizb França, les DAF (déserteurs de l’armée française), la promotion Lacoste, etc. n’y aurait-il pas une promotion Lacoste en col blanc ?

 

En 1950 l’Algérie était encore colonisée par la France. Quelque ait pu être la justice coloniale injuste, elle n’en demeurait pas moins paperassière. Un justiciable : arrêté, interrogé, présenté à un juge, jugé, lourdement condamné, longuement emprisonné, libéré dans dans des condistions des plus obscures, quelques soient les faits qui lui étaient reprochés, donne lieu à des documents et à des archives consultables pendant au moins 30 ans. Pourquoi flatteurs et historiens ne se sont-ils pas donner la peine de rechercher et de consulter les documents judiciaires de l’affaire Abane Ramdane pour y relever : les faits exacts qui lui étaient reprochés, le lieu et la date exacts de son arrestation, par exemple,  au lieu de recourir  à des à peu près de type : vers le… près de…, on dit que…, sans jamais citer la  date et le lieu exacts de son arrestation, ni témoins, ni  les faits qui lui étaient reprochés  de manière précise ?  


Abane selon Bennabi. Selon le philosophe algérien, Malek Bennabi, Abane Ramdane a collaboré avec les nazis et le régime de Vichy durant le second conflit mondial.  Il se peut qu’il ait été : arrêté, torturé, qu’il ait eu le crane rasé, jugé, condamné, non pas pour des motifs patriotiques  mais pour fait de collaboration avec les nazis et le régime de Vichy ?

 

Abane selon Ali Kafi Le docteur (diplômé de l’université Zitouna de Tunis) Ali Kafi est un militant nationaliste algérien de la première heure. Il fut cadre, colonel de la wilaya II historique (Nord Constantinois, membre du CNRA (conseil national de la révolution algérienne 1956-1962) et du conseil national de la révolution (1965-1976), et Président du Haut conseil d’Etat (1992-1994.) Dans ses mémoires, il accuse Abane Ramdane avoir organisé le congrès de la Soummam avec le concours de l’administration française (cité de mémoire.)

Général Jouhaud accuse les services français d’avoir organisé, dans le dos de l’armée française,  un congrès rebelle dans la Soummam (également cité de mémoire.)

Claude Paillat. Sans doute sait-il de quoi il parle, croit reconnaître dans la plate forme de la Soummam le style d’écriture de l’administration Lacoste.

 

Constatons que la polémique Abane et les autres oppose toujours : Bennabi, Kafi, Ben Bella… des « Arabes » contre Abane le « Kabyle. » Ne serait-on pas en présence d’un conflit séculaire qui oppose des berbéristes minoritaires et  sectaires cependant largement relayés par des hommes politiques et des médias véreux et stipendiés en Algérie et en France ?


Par ailleurs, comment se fait-il qu’Abane Ramdane, avec son BAC en poche pour tout bagage, sans aucune expériences militante, dépourvu de moyens martériels, de relations…,  a-t-il pu faire marcher à la baguette : des pharmaciens tels que Ferhat Abbbas et Ben Khedda, le docteur Lamine Débaghine, les avocats Kiouane et Temmam, des : Hocine Lahouel, Mohamed Yazid, Mustapha Lacheref, Saad Dahleb… qui affichaient plusieurs décennies de militantisme politique de haut niveau, qui avaient des moyens matériels et des relations… en Algérie et France ?  Réponse dans la prochaine note.

 

(1)    Khalfa Mameri, Abane Ramdane, Un Héros de la Guerre d’Algérie, l’Harmattan, 1988, P. 65

(2)    Bélaïd Abane, Ben Bella-Kafi-Bennabi contre Abane, les raisons ocultes de la haine, Koukou, février 12012 P.127.

(3)    Beyoucef Ben Khedda, Les origines du 1er novembre 1954n Dahleb, 1989 P. 162

(4)    Pierre Vallaud, De la conquête à l’indépendance, 1830-1962, Acropole, 2006 P. 127

(5)   Claude Paillat, la liquidation, histoire et documents, tome 2, Robert Laffont, 1er Trim 1972. P. 164

Trackbacks

Voici l’URL pour faire un trackback sur cette note : http://face-a-face.blogs.nouvelobs.com/trackback/429022

Commentaires

il y a comme « la critique est aisé mais l’art est difficile » Monsieur!Vous étes débridé , car vous étes à l’abri de la guerre, comme Donquichotte qui combat les moulins à vent. le verbe facile et l’air hautain , vous livrez votre sentence contre des « minus » qui ont fait la révolution.
Vous êtes sans discernement quand il s’agit d’un héros kabyle. Vous perdez méme votre lucidité au point de voir que l’individu cause de votre fixation psychopathologique. Au lieu de cela , on aurait profité de votre apport s’il était plus documenté, plus veridique, plus historique
lisez donc  » mémoires d’un enfant de la guerre » paru aux éditions l’harmattan , signé de Miche Rocard

Écrit par : si hadj mohand | 25.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire si hadj mohand

il y a comme « la critique est aisé mais l’art est difficile » Monsieur!Vous étes débridé , car vous étes à l’abri de la guerre, comme Donquichotte qui combat les moulins à vent. le verbe facile et l’air hautain , vous livrez votre sentence contre des « minus » qui ont fait la révolution.
Vous êtes sans discernement quand il s’agit d’un héros kabyle. Vous perdez méme votre lucidité au point de voir que l’individu cause de votre fixation psychopathologique. Au lieu de cela , on aurait profité de votre apport s’il était plus documenté, plus veridique, plus historique
lisez donc  » mémoires d’un enfant de la guerre » paru aux éditions l’harmattan , signé de Michel Rocard

Écrit par : si hadj mohand | 25.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire si hadj mohand

Si mohand,

Je lis souvent vos textes. Je vous tiens sinon pour un érudit du moins pour être bien informé sur : « Les évènements d’Algérie », et de manière générale, pour un honnête homme.

J’ai noté que votre commentaire ne pose pas de question. Je me permets quand même de vous rafraichir la mémoire par les deux citations :

a) « Notre véritable histoire de la lutte de libération est détournée et remplacée par une histoire sans histoire, toute enrobée de généralité et servie dans une langue de bois » (Ali Zamoum), cité par Gilbert Meynier, Histoire intérieure du FLN, Fayard, 2002, P., 22

b) « Le grand méfait de toute colonisation n’est pas seulement d stopper l’évolution historique. Il oblige le colonisé à la refaire en sens inverse » (Abdallah Aroui, historien) op.cit. P.48

Khalfa Mameri et Bélaïd Abane, et d’autres officines laveuses de cerveaux des algériens, proches de la DRS, psalmodient le contraire. Selon eux, Abane Ramdane a été membre du comité central du PPA/MTLD, responsable et coordinateur régional de l’OS d’abord du Constantinois et de l’Oranie où il aurait été arrêté en 1950. Selon K. Mameri, Abane Ramdane « Aurait même succédé à Mohamed Belouizda à la tête de l’OS… »

Les deux ont également écrit qu’Abane Ramdane a été Arrêté dans l’Oranie, jugé, condamné : à 10 de prison fermes, 10 d’interdiction de séjours, 10 ans de privation de droits civiques et à 500.000 francs d’amende, (prématurément libéré) et (absous de tous ses pêchés.) Tous ces faits donnent immanquablement lieu à des actes judiciaires archivables et consultables pendant au moins 30 ans à partir de la libération du justiciable. Dans le cas d’espèce, le dossier judiciaire d’Abane Ramdane pouvait donc être consultés jusqu’à 1985. Il doit encore l’être pour des diplomates de la trempe de KHALFA Mameri.

Vous me semblez être d’accord avec ces deux auteurs. Voulez-vous, Monsieur, me citer les noms d’au moins deux : supérieurs, égaux, subordonnés d’Abane Ramdane pendant qu’il était : Membre du comité central du PPA/MTLD, responsable régional et coordinateur du Constantinois et de l’Oranie, quand et où exactement a-t-il été arrêté ?

Dans le cas où vous ne répondriez pas à mes simplistes questions, je déduirais que vous n’avez pas de réponse et vous m’obligeriez à me rallier, encore un peu plus aux thèses de Malek Bennabi, d’Ali Kafi et de Ben Bella. Cordialement.

Écrit par : Aissa-Hakim | 26.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire Aissa-Hakim

@Si Aissa-Hakim

Puisque vous voulez des questions, en voila bien de celles auxquelles je n’ai jamais eu de réponse. Peut être que vous…
1. que pouvez-vous nous dire sur la mort de Abane, Amirouche, Khider,Krim Belkacem,khemisti,medegheri,chaabani,kasdi merbah,benkaci,
2. qu’avez-vous à dire sur le coup d’état ou de redressement du 19 juin 1965?
3.mes réponse à vos questions importantes vous seront transmises après votre réponse à mes deux questions d’un grand intérét
cordialement

Écrit par : si hadj mohand | 26.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire si hadj mohand

Si hadj mohand,

« …Quand un juif te pose une question, pose lui en 10. Pendant qu’il répond à tes 10 questions, réfléchis à la sienne. Il se peut que tu n’auras plus à répondre. Il aura oublié qu’il t’a posé une question…  » (film Rabbi Jacob.)

Une fois que vous m’aurait indiqué : quand et où, date et lieu précis, de l’arrestation en Oranie d’Abane, je vous dirai quel est le sexe des anges. Cordialement.

Écrit par : Aissa-Hakim | 26.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire Aissa-Hakim

Il y a trop de questions sans réponse dans notre passé volé. volé non seulement par nos bourreaux , les colonisateurs, mais aussi par nos frères de sang. qui croire et qui est-il véritablement nationaliste ou mercenaire?
en matière d’histoire , tout ce que je puis dire est ce je ne sais rien.
Mais que sommes nous aujourd’hui? Rien! ou presque si non que l’on se vante que nous sommes à l’avant garde des pays émergents. j’ai parcouru toutes les bibliothèques du monde(Canada,France, Espagnole, algérienne,américaine) , je n’ai pas trouvé beaucoup de traces de Boumédiene , ni de Zeroual, ni de Kaffi.pendant que notre système officiel fait d’illustres inconnus , des héros hors pair. Alors reste toujours ces questions lancinantes : la mort de Abane , Krim, Amirouche, Chaabani, khemisti, khider, kasdi Merbah …..
faut d’abord répondre à ces premières questions avant d’en poser d’autres sur le même sujet.

Écrit par : si hadj mohand | 26.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire si hadj mohand

Il y a trop de questions sans réponse dans notre passé volé. volé non seulement par nos bourreaux , les colonisateurs, mais aussi par nos frères de sang. qui croire et qui est-il véritablement nationaliste ou mercenaire?
en matière d’histoire , tout ce que je puis dire est ce je ne sais rien.
Mais que sommes nous aujourd’hui? Rien! ou presque si non que l’on se vante que nous sommes à l’avant garde des pays émergents. j’ai parcouru toutes les bibliothèques du monde(Canada,France, Espagnole, algérienne,américaine) , je n’ai pas trouvé beaucoup de traces de Boumédiene , ni de Zeroual, ni de Kaffi.pendant que notre système officiel fait d’illustres inconnus , des héros hors pair. Alors reste toujours ces questions lancinantes : la mort de Abane , Krim, Amirouche, Chaabani, khemisti, khider, kasdi Merbah …..
faut d’abord répondre à ces premières questions avant d’en poser d’autres sur le même sujet.

Écrit par : si hadj mohand | 26.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire si hadj mohand

Tiens par exemple! pourquoi Chadli ne dit-il rien sur la mort de Kasdi Merbah?
Pouquoi Zeroual ne dit-il rien sur les raisons de sa  » démission »
Pouquoi Chadli n’est il pas autorisé à écrire ses mémoires riches pourtant de faits d’histoire!
Pourquoi, rien n’est dit sur l’emprisonnement de Ben Bella?
pourquoi Rien n’est dit de précis sur la mort de Boudiaf? Pourquoi Ahmed Taleb ibrahim est il interdit de politique?
Pourquoi le général Nezzar ne dit rien sur certains assassinats en AlgerI?
Les réponses à ces questions peuvent lever le voile sur certains secrets de la Révolution et de la nature du pouvoir en Algerie.
Abane , Khider, Khemisti, Chaabani, Krim, sont autant de questions non résolues. l’Etat ne fait rien pour apporter sa contribution. il en a pourtant tous les moyens.

Écrit par : si hadj mohand | 26.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire si hadj mohand

Tiens par exemple! pourquoi Chadli ne dit-il rien sur la mort de Kasdi Merbah?
Pouquoi Zeroual ne dit-il rien sur les raisons de sa  » démission »
Pouquoi Chadli n’est il pas autorisé à écrire ses mémoires riches pourtant de faits d’histoire!
Pourquoi, rien n’est dit sur l’emprisonnement de Ben Bella?
pourquoi Rien n’est dit de précis sur la mort de Boudiaf? Pourquoi Ahmed Taleb ibrahim est il interdit de politique?
Pourquoi le général Nezzar ne dit rien sur certains assassinats en AlgerI?
Les réponses à ces questions peuvent lever le voile sur certains secrets de la Révolution et de la nature du pouvoir en Algerie.
Abane , Khider, Khemisti, Chaabani, Krim, sont autant de questions non résolues. l’Etat ne fait rien pour apporter sa contribution. il en a pourtant tous les moyens.

Écrit par : si hadj mohand | 26.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire si hadj mohand

silence radio Monsieur Aissa-Kaim?

Écrit par : si hadj mohand | 27.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire si hadj mohand

@aissa-karim
silence radio?

Écrit par : si hadj mohand | 27.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire si hadj mohand

Si hadj mohand,

Ne croyez surtout pas me mettre en difficulté avec vos questions « rabbijacobiennens. » La mort de Mohamed Khémisti n’était pas liée à un crime politique mais à une affaire de moeurs. L’exécution de Mohamed Chaabani a été expliquée de manière cohérente et précise par : Ahmed Ben Chérif, Chadli Ben Djédid et Tahar Zbiri. Le colonel de la wilaya VI, un non DAF, un arabisant proche de Mohamed Khider, avait été condamné à mort par un tribunal militaire présidé par un Mohamed Zertal, par un civil, mis sur pied par le colonel Boumediene. Avant que le tribunal n’ait rendu sa sentence de mort, Ben Chérif avait fait creusé sa tombe dans la forêt de Canastel. Cette sentence à été rendue vers 3 heures du matin. 2 heures plus tard, soit à 5h. 14 minutes, le condamné fut exécuté par le même Ben Chérif. Le lendemain matin, Ben Bella, accompagné de plusieurs de ses ministres, notamment de son chef d’état major, Tahar Zbiri, se rendait au Caire pour assister une conférence au sommet consacrée à la sécurité, prévu de longue date.

Mohamed Khider a été assassiné en 1967, à Madrid, en présence de sa femme, par des agents de la sécurité militaire algérienne. Dans son livre, l’affaire Ali Mécili, Monsieur Aït Ahmed a consacré un chapitre à cet assassinat politique. L’auteur a donné le nom d’au moins un de ses assassins, sa profession et le quartier où il habitait habitait en Algérie. Karim Belkacem, a été assassiné par strangulation avec sa cravate, dans sa chambre d’hôtel, à Frankfurt (RFA) en 1970. (Voir Roger Peyrefitte, l’affaire Fernand le Gros.) Abane Ramdane a été assassiné par strangulation le 27 décembre 1957 à Nador, parBoussouf mais avec la complicité active et directe de : Krim Belkacem, Abdellah Ben Tobal, Mahmoud Chérif, Abdelhamid Boussouf.

Le premier auteur à divulguer les détails de l’assassinat d’Abane est Yves Courrière dans le temps des colonels, au début de 1970. Sa version demeure à ce jour, du moins à notre humble connaissance, quasiment invariable. Les assassins sont aussi les principaux témoins à charge. Cette version reste donc suspecte. La dépouille du martyr n’a pas été recherchée et la victime demeure sans sépulture. Je ne connais pas votre Benkaci.

La démission de Zéroual. Souvenez-vous de son discours du 31 décembre 1944 : «… La crise actuelle a pour origine un régime pourri dont le peuple lui a retiré sa confiance… » Zéroual était réconciliateur précoce, avant Bouteflika. Il avait entamé une approche avec la direction du FIS, notamment avec Abbassi el Madani et Ali Belhadj en vue de trouver une solution politique à la crise politique algérienne. Ce qui déplaisait à la DRS, à Mohamed Médiène et à son adjoint, Smaïl el Ammari, qui avaient ouvert une ligne parallèle de négociations avec l’aile armée du FIS, avec l’AIS. Et, pour fragiliser Zéroual, des médias algériens, dits éradicateurs, aux ordres et à la solde de la DRS, se sont alors livrés à d’odieux mensonges et à des calomnies non pas directement à l’égard de Zéroual mais de son conseiller et bras droit, au général Mohamed Bechine. Zéroual avait d’abord résisté. La DRS avait déclenché une série de massacres particulièrement sanglants : Bentalha, Béni-Messous, Had Chekalla… Croyant abréger la souffrance du peuple, zéroual a donc démissionné.

Kasdi Merbah était l’un des fondateurs de du MALG (ministère de l’armement et des liaisons générales.) Il a dirigé la SM (sécurité militaire) pendant environ 10 ans. Suite aux sanglants évènements d’octobre 1988 et à son éjection par Chadli de son poste de premier ministre, à l’avènement du pluralisme politique, il avait créé un parti, le MAJD. Il avait donc pris ses distances avec le pouvoir. Dans les deux jours qui avaient précédés son assassinat, il venait de rencontré une délégation du FIS à l’étranger, quelque part entre à Barcelonne et Genève. Il en savait trop. Il fallait l’abattre.

Vos questions me semblent bien naïves. Si vos interrogations sont de bonne foi, je vous invite à aller faire un tour du côté de : http://anp.org, cliquez sur Français, aller vers dossier. Vous y trouverez les montages des assassinats de : Kasdi merbah, Mohamed Boudiaf, Matoub Lounis, etc.

Je note que vous n’avez pas répondu à mes questions : où, quand et pour quels motifs Abane Ramdane avait-il été arrêté en 1950 dans l’Oranie. Je sais qu’en Algérie il y a souvent des pénuries de piles et pois-chiches. Votre silence radio est-il dû au manque d’énergie et/ou d’arguments ? Cordialement

Écrit par : Aissa-Hakim | 27.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire Aissa-Hakim

Si hadj mohand,

et votre défaut de réponses à mes questions : quand, où et pour quels motifs Abane Ramdane a-t-il été arrêté en 1950 dans l’Oranie ? Votre silence radio est-il attribuable au pénurie de piles ou d’arguments ?

J’ai répond au mieux que j’ai pu à vos questions « Rabbijacobiennes » cependant mon commentaire se trouve momentanément en attente. Je viens de le remettre en ligne et interpelé le médiateur pour connaître la ou les causes de cette panne ou de son rejet. Patientez ! Cordialement

Écrit par : Aissa-Hakim | 27.04.2012 | Avertir le modérateur

Répondre à ce commentaire

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Love In Books

Parce qu'il n'y a rien de mieux qu'un livre pour s'évader...

entre16murs

The greatest WordPress.com site in all the land!

Elhendriks

De Si Muhand U Mhand à René Guénon

Le blog du nobservateur

A la découverte des faces cachées de la nobserverie

Automattic

Making the web a better place

JUNECEMBER

In life you stand all alone in your costume, and too bad if it's in tatters

Anne Jutras

Je partage ma passion, mais aussi des astuces simples vous permettant d’apprivoiser la technique sans compromettre votre créativité.

ALGERIANISTE

thinker, what do you think?

Pilarrius Collage Artist

pilar.clergue@hotmail.fr

Le Montreal DZ - Le blog de Samir Ben. Journaliste et correspondant du journal El Watan au Canada - Toronto - Montréal - Calgary - Edmonton.

Le blog de Samir Ben. Journaliste et correspondant du journal El Watan au Canada - - Toronto - Montréal - Calgary - Edmonton.

Chantiers de culture

Le travail comme producteur de culture, la culture comme objet de travail

Henry Makow

DÉNONCE LE FÉMINISME ET LE NOUVEL ORDRE MONDIAL

Nourrissez votre esprit.

" Savoir, C'est Pouvoir "

le Pelikan

_ l'oiseau le plus lourd capable de voler _

Les imbéciles ont pris le pouvoir...

et ils iront jusqu'au bout !

Vision socialiste

La vision d'un Québec socialiste et indépendant

Le château de Gaby

Les livres subtilisent notre conscience pour nous en donner une autre. !!!Attention changement d'adresse, consultez le nouveau blog => labibliodegaby.blogspot.com!!!

Actu-Chretienne.Net

INFOS, DEBATS & CONVICTIONS

Metz - Les Socialistes - "Jean Moulin"

"Du partage, le retour aux sources du Socialisme" Jean Laurain

insoumis

L'insoumission aux religions.

jcdurbant

Tintin au pays des soviets (a war blog from France)

La lubriothèque

Effeuillages littéraires

Afriques & Littératures

Nouveautés & Qualité en littérature africaine

Entre les lignes entre les mots

Notes de lecture, débats et quelques notes de musique

%d blogueurs aiment cette page :