Publié par : iferhounene | 7 février 2013

Algerie : Bouteflika,une victime du système?

« la force de l’intérieur : un pouvoir miraculeux | Page d’accueil

07/02/2013

Bouteflika serait-il arrivé sur le tard

amirouche-ali-ouahioune-tassaft.jpgla gestion de ce pays qu’est l’Algerie, notre pays sorti fraîchement d’une colonisation trop longue et meurtrière, avilissante, regressante, immobilisante, inhibante a été des plus inconscientes et des plus violentes, irrationnelles, insensées. cela a commencé avec le coup d’État de ce dictateur sorti tout de droit de la jungle ideologique arrogante et liberticide de l’islamo baathiste moyen oriental.Un système pour le moins exempte de toute civilisation humaine moderniste.boumedien.jpg

le coup d’État de Boumedienne n’a laissé le choix à personne pour réfléchir, ni pour L’opposition de se créer ou s,elle existait , de s’exprimer pour apporter sa contribution à une forme d’organisation socio économique applicable à l’Algerie. la loi du plus « armé » a sévi en Algerie, et il s’est trouvé en ce moment que celui qui avait les moyens de défense de notre pays, était effectivement Boumedienne, avec toute sa culture arabo baathiste, imperméable à toute autre vision du monde que celle que  ce monde fermé des arabophones de l’époque de GAMEL ABDELNACER avait dans la tète, les avait retourner contre son peuple. Pendant treize ans Boumedienne avait fait de son pays une prision à ciel ouvert. Qu’il était faible d’esprit cet homme qui croyait rempacer les hommes de grande valeur comme Amirouche, Ben Mhidi, Abane, Krim , Emir Abdelkader, Messali El Hadj. Lui qui croyait que le peuple serait heureux rien qu,en se soumettant à ses volontés personnelles, folles et suicidaires.chadli.jpg

Boumediene a passé sa vie à imposer ses idées, si tant est qu’il ait eu des idées propres à lui. Il n’a fait, en guise de politique, qu’à sa téte, puisant dans sa propre acculturation personnelle du baathiste, du communisme primaire, et des droits d’ainesse moyenâgeux. Il jouissait  de son pouvoir personnel, il était d’un égocentrisme maladif. d’une jalousie légendaire. Il voulait entrer tout seul, dans l’histoire parmi les  Nord africains. Dés lors le roi du Maroc, et le président Tunisien, ou encore le turbulent Maamar El Khaddafi ne devaient en aucun cas lui disputer la ligne de front  du bellicisme et des conflits aussi lointains soient-ils.

Il a fini par mettre le pays contre le monde et la cible de toutes les velleités etrangères. Il a méme reussi à transformer Alger la Blanche en une  convoitise inespérée de la 6 ème Flotte US.

En dehors de son oeuvre, rien n’a aucune signification ni grandeur, d’ou cette consigne porteuse d’une lourde  significative adressée à notre illustre historienMahfoud Keddache:  » Vous devez écrire l’histoire de l’Algerie sans citer de noms ». cette phrase assassine dévoile à elle seule les raisons qui l’ont poussé à séquestrer les corps des héros de la révolution, les colonels Amirouche etSi El Houas!Boumédiène pensait-il faire ainsi table rase des prouesses et faits héroiques de la révolution pour ne laisser que ses propres traces personnelles des résultats qui s’avéraient déjà d’avance médiocres? Pour lui, c’est le moment présent qui compte, etqu’il fallait effacer les noms de l’Emir Abdelkabder, de Messali ElHadj, des colonels de l’Interieur de tous les documents officiels de l’Histoire et des manuels scolaires.Voilà une triste façon d,applique mème un communisme à la mémoire collective d’un peuple. Marx et Lenine, et méme Brejniev n’aurainet pas songé à cette ignoble strategie. Pour Boumédiene,l’histoire se reduit à ce-ci: C’etait la revolution, ensuite vint l’edification de l’Algerie de demain, oeuvre du « vénéré stratège » Houari Boumediene .

boume ben bella.jpg

En même temps qu’il s’etait acharné sur tout ce qui n’est pas porteur, porte voix même de ses propres desiderata hallucinants, donc ascientifiques, plus, fortement imaginaires, chimériques, qu’idéologiques et donc fausses, Boumediene a supprimé la fine fleur de la substance grise de notre nation. Il n’a pas imaginé un seul instant qu’il pouvait y exister des hommes dont les idées politiques sont justes et rentables pour notre peuple et qui plus est,  pouvaient, devaient être contraires aux siennes. Alors, il s’était mis à tuer, tuer, tuer tous ceux qui pouvaient apporter la preuve de sa propre nullité, sa propre phobie. laissant devant et derrière lui, que des hommes soit lâches, soit roublards pour sauver leur peau ou encore pour avoir leur portion de pouvoir .nezzar.jpg

la mort de Boumediene a été le début de la catastrophe pour l’Algerie. non pas qu’il était l’indispensable, l’irremplaçable pour faire le bonheur de ce petit peuple tranquille, mais parce qu’ il devait laisser la voie à un autre homme  choisi  par ceux qui constituaient les clans du pouvoir. les plus armés, les plus forts donc! De ce fait, cet autre homme qui devait  surgir de cette foule « des détenants » la force, du  pouvoir, ne pouvait être au service du peuple, mais simplement une marionnette entre les mains des plus forts des clans. c’est ainsi que Bouteflika avait été ecarté par les plus durs du noyau de l’armée. Yahiaoui Mohamed SALAH s’est reveillé ce jour de son sommeil plat pour apprendre que le pouvoir ne pouvait revenir à celui qui porte une cravate, un costume et des chaussures civiles. même si l’on est sorti du groupe des colonels de l’armée de l’interieur.kafi_104137078.jpg

 

On imposa Chadli, et ce fut le début d’une longue période d’arnaque et de cocufication du peuple. Qu’avait-il d’un gestionnaire ou d’un  politicien cet homme qui aimait la vie épicurienne de la Bahia Oran ? quelle théorie économique aussi simplifiée que le premier cours de calcul imagé de l’ecole maternelle pouvait-il comprendre cet homme qui aimait bien s’habiller, manger et recevoir, puis discourir à l’hollywoodiene, en faisant usage de quelques mots dont il ne pouvait comprendre la vraie signification profonde?Il avait, il est vrai une connaissance première des concepts… phonétique je veux dire.

la mort de Boumedienne a laissé la voie  à l’avenement d’un homme qui allait détruire à petit feu le pays. Ce qui allait suivre après, n’était  que la continuité de cette faute, ou erreur de choix de l’homme, ou imposition d’un  épouvantail qui allait faire souffrir les algériens des décennies durant, le reste, par la suite, n,était que du replâtrage. HCE, Zeroual ou Ali kAFFI, c’etait la même erreur qui se perpétuit.. mais qui faisait son mal en profondeur. Sans doute C,était ce qui était dans les objectifs de ces clans? réduire à néant ce peuple vaillant avant qu.il ne devienne adulte, car tout juste qu’il venait de renaitre de ses cendres coloniales.

Mais le mal était déjà fait et la gangrène s’est généralisée et Boudiaf, sans doute une erreur de programmation de l’ordinateur des decideurs, en sera la victime au lieu d’un acteur.

PresidentBouteflikaG.jpg

Bouteflika ecarté, éloigné. exilé, a été deconnecté de la realité algérienne pendant 20 ans.

il sera piègé comme l’a été Boudiaf, mais plus malin que lui, il le payera de sa santé au lieu de simplement de sa vie. A tel point que son maintien à ce poste suprême et dangereux, est devenu une question « d’ être ou ne pas être là est la question »

Bouteflika aurait gagné et le peuple avec s’il avait remplacé Boumedienne à sa mort. peut être aurions nous économisé une guerre civile, un endettement faramineux inutile et une catastrophe économique? Serait-il déjà trop tard, car les choses ont bien changé, les mentalités surtout. l’Algerien vit aujourd’hui les manifestations pathologiques d’un trauma complexe de plusieurs agressions dues à ses propres dirigeants dictateurs. on brûle, on s’immole, on se suicide, on tue, on corrompt, on viole, on terrorise, on fait disparaître. les sociologues et le psychologues sont les seuls à comprendre ce que je dis. Sans doute c’est la raison qui a poussé  Said Sadi à se mettre à l’abri? 

 

 

 

 

 

o

 

 
 
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Love In Books

Parce qu'il n'y a rien de mieux qu'un livre pour s'évader...

entre16murs

The greatest WordPress.com site in all the land!

Elhendriks

De Si Muhand U Mhand à René Guénon

Le blog du nobservateur

A la découverte des faces cachées de la nobserverie

Automattic

Making the web a better place

JUNECEMBER

In life you stand all alone in your costume, and too bad if it's in tatters

Anne Jutras - Artiste Photographe

Prendre le temps de s'arrêter pour mieux voir

ALGERIANISTE

thinker, what do you think?

Pilarrius Collage Artist

pilar.clergue@hotmail.fr

Le Montreal DZ - Le blog de Samir Ben. Journaliste et correspondant du journal El Watan au Canada - Toronto - Montréal - Calgary - Edmonton.

Le blog de Samir Ben. Journaliste et correspondant du journal El Watan au Canada - - Toronto - Montréal - Calgary - Edmonton.

Chantiers de culture

Le travail comme producteur de culture, la culture comme objet de travail

Henry Makow

DÉNONCE LE FÉMINISME ET LE NOUVEL ORDRE MONDIAL

Nourrissez votre esprit.

" Savoir, C'est Pouvoir "

le Pelikan

_ l'oiseau le plus lourd capable de voler _

Les imbéciles ont pris le pouvoir...

et ils iront jusqu'au bout !

Vision socialiste

La vision d'un Québec socialiste et indépendant

Le château de Gaby

Les livres subtilisent notre conscience pour nous en donner une autre. !!!Attention changement d'adresse, consultez le nouveau blog => labibliodegaby.blogspot.com!!!

Actu-Chretienne.Net

INFOS, DEBATS & CONVICTIONS

Metz - Les Socialistes - "Jean Moulin"

"Du partage, le retour aux sources du Socialisme" Jean Laurain

insoumis

L'insoumission aux religions.

jcdurbant

Tintin au pays des soviets (a war blog from France)

La lubriothèque

Effeuillages littéraires

Afriques & Littératures

Nouveautés & Qualité en littérature africaine

Entre les lignes entre les mots

Notes de lecture, débats et quelques notes de musique

%d blogueurs aiment cette page :