Publié par : iferhounene | 4 avril 2013

Algerie : devant le risque de chapardage de l’économie nationale du à la maladie du président , le DRS doit prendre en charge la gestion provisoire des marchés publics

04/04/2013

Algerie : l’équipe de Bouteflika est décidé à saigner le pays avant de se retirer. le DRS doit prendre le controle de l’Économie immédiatement.

Les silences troublants de Bouteflika

Mots clés : 

Par Le Matin | 18/03/2013 10:47:00 | 10462 lecture(s) | Réactions (14)

Depuis 2011, le président Bouteflika est reclus dans son palais d’El Mouradia. Les agendas de la révision de la constitution et la présidentielle, deux moments censés être fondamentaux pour le pays, sont toujours inconnus.

Abdelaziz BouteflikaAbdelaziz Bouteflika

Le constat interpelle, il est même troublant. Abdelaziz Bouteflika ne voyage que très rarement. L’avion présidentiel occupe désormais le tarmac de l’aéroport Houari Boumediene. Aux nombreux sommets internationaux, le président délègue le premier ministre, le ministre des Affaires étrangères, voire le ministre délégué aux affaires maghrébines. Au Sommet de la Ligue arabe qui aura lieu à Doha, le 24 mars, c’est Sellal qui le représentera.

Mais pas seulement, il alterne des périodes de longues absences et une présence quasi-permanente au JT de 20 Heures de l’ENTV. Le rythme est désormais une quasi-habitude ces dernières années. Froid et surtout calculateur en diable, Bouteflika est imperméable aux critiques. Encore moins à une autocritique. Même si tous les leviers du pouvoir demeurent entre ses mains, il est pour autant devenu inaudible. Le président ne parle plus beaucoup effectivement, contrairement à son premier mandat où il discourait sur tout, voyageait partout. Même la traditionnelle ouverture de année judiciaire n’a pas eu la visite ni le discours du président cette année.

Sous le poids de l’âge et une maladie dont on ignore tout, Bouteflika n’est plus loquace. Quand il reçoit présidents ou ministres étrangers, on ne l’entend pas. L’ENTV se contente de quelques images et poignées de mains commentées. L’épisode de la visite de François Hollande en décembre dernier est encore dans les mémoires. Trois jours durant, alors que le président français avait occupé presse écrite, radios et télévisions, multipliant les déclarations, les petites phrases, Abdelaziz Bouteflika ne décroche pas un mot. Pendant la prise d’otages de Tiguentourine, en janvier dernier, le président ne fit aucune déclaration. Comble du cynisme, il avait préféré envoyer un message de soutien à l’équipe nationale de football qui participait à la coupe d’Afrique que de se prononcer sur ce qui se passait à In Amenas. Il a fallu attendre presque un mois pour qu’il daigne rendre hommage à l’ANP pour son intervention dans cette tragique attaque de la base gazière. Même topo pour la cascade de révélations de corruption qui a éclaboussé Sonatrach et quelques-uns de ses proches ministres. C’était par le biais d’une lettre à Sidi Saïd, patron de l’UGTA, rendue publique, que le président a exprimé sa réprobation. Sans suite cependant.

Il faut rappeler que depuis sa mystérieuse maladie dont la presse a fait écho à mi-voix en 2005, le président fait le service minimum. Se réservant aux moments les plus cruciaux, comme à la veille de la dernière élection législative où il avait lancé quelques déclarations-leurres pour inciter les Algériens à voter.

Depuis son arrivée à la présidence, il s’est employé à neutraliser l’opposition. Sans contre-pouvoir politique, il ne reste plus que le DRS dont le patron a été le seul à n’avoir pas été dégommé par le président. Autrement, Bouteflika a réussi à installer ses fidèles à tous les étages du pouvoir.

L’homme est madré, un animal politique à sang froid, il tient fermement à son agenda. Mais il est clair néanmoins – les lois de la biologie obligent – que le temps joue contre lui. Mais pas forcément contre son clan. Actuellement, il garde tout le mystère sur la révision de la Constitution. Un texte fondamental qui engage toute une nation rédigé sans débat ni discussion par un précarré de fidèles du président. Une consultation de partis et personnalités politiques eut bien lieu en 2011. Une synthèse des recommandations a également été remise par la commission Bensalah. Depuis plus rien.

Là comme ailleurs, la présidence entretient le flou. Les déclarations contradictoires de Sellal et Daho Ould Kablia en disent beaucoup. Car ou bien l’un des deux hommes (voire les deux ) ignore le degré d’avancée de la nouvelle loi fondamentale ou alors leurs déclarations font partie d’une stratégie réfléchie. A moins d’une année de la présidentielle, beaucoup de questions restent sans réponse. La rue algérienne doute fort que le clan au pouvoir daigne laisser quelque espoir d’une véritable transition démocratique. Tout l’enjeu pour Bouteflika et sa clique est, sauf surprise, de se maintenir aux commandes du pays.

Yacine K.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Love In Books

Parce qu'il n'y a rien de mieux qu'un livre pour s'évader...

entre16murs

The greatest WordPress.com site in all the land!

Elhendriks

De Si Muhand U Mhand à René Guénon

Le blog du nobservateur

A la découverte des faces cachées de la nobserverie

Automattic

Making the web a better place

JUNECEMBER

In life you stand all alone in your costume, and too bad if it's in tatters

Anne Jutras - Artiste Photographe

Prendre le temps de s'arrêter pour mieux voir

ALGERIANISTE

thinker, what do you think?

Pilarrius Collage Artist

pilar.clergue@hotmail.fr

Le Montreal DZ - Le blog de Samir Ben. Journaliste et correspondant du journal El Watan au Canada - Toronto - Montréal - Calgary - Edmonton.

Le blog de Samir Ben. Journaliste et correspondant du journal El Watan au Canada - - Toronto - Montréal - Calgary - Edmonton.

Chantiers de culture

Le travail comme producteur de culture, la culture comme objet de travail

Henry Makow

DÉNONCE LE FÉMINISME ET LE NOUVEL ORDRE MONDIAL

Nourrissez votre esprit.

" Savoir, C'est Pouvoir "

le Pelikan

_ l'oiseau le plus lourd capable de voler _

Les imbéciles ont pris le pouvoir...

et ils iront jusqu'au bout !

Vision socialiste

La vision d'un Québec socialiste et indépendant

Le château de Gaby

Les livres subtilisent notre conscience pour nous en donner une autre. !!!Attention changement d'adresse, consultez le nouveau blog => labibliodegaby.blogspot.com!!!

Actu-Chretienne.Net

INFOS, DEBATS & CONVICTIONS

Metz - Les Socialistes - "Jean Moulin"

"Du partage, le retour aux sources du Socialisme" Jean Laurain

insoumis

L'insoumission aux religions.

jcdurbant

Tintin au pays des soviets (a war blog from France)

La lubriothèque

Effeuillages littéraires

Afriques & Littératures

Nouveautés & Qualité en littérature africaine

Entre les lignes entre les mots

Notes de lecture, débats et quelques notes de musique

%d blogueurs aiment cette page :